Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2011

L'Héritage de l'Exploreur : chapitre 2...

 Un dernier tremblement parcourut la carcasse du long-courrier.

Enfin arrimé à son quai, crachotant ses dernières bouffées de fumée et grinçant de toute sa carcasse composite, le skif évoquait un voyageur épuisé après une longue et pénible course. Les derniers filaments de Nebel qui s'accrochaient encore à ses gréements s'évanouirent, emportant avec eux les effluves stagnants et doucereux de la brume.

Les dockers traînèrent la passerelle coulissante fixée au rebord du quai vers la nacelle et l'arrimèrent solidement à son flanc. La porte du sas s'enfonça légèrement, avant de s'escamoter dans la paroi. Hautes silhouettes dignes dans leur long manteau noir, deux pilotiers surgirent des entrailles de l'engin et gagnèrent le quai où ils prirent position de part et d'autre de la passerelle.

Les premiers passagers firent leur apparition, si gauches et ensommeillés qu'il était difficile de croire qu'ils appartenaient aux guildes les plus puissantes des Trois Empires : messagiers et médicants en habits blancs, militaires et haut fonctionnaires arborant les couleurs de leur nation, tous clignaient des yeux encore gonflés de sommeil dans la lumière cotonneuse du port.

Eh oui, pour ceux qui suivent ma vie trépidante (ahem...), je poursuis la (future) saga des Trois Empires. Ce qui veut dire que  L'Héritage de l'Exploreur est enfin doté d'un chapitre 2. Je ne sais pas si cela en fait une histoire à part entière, mais c'est déjà un peu plus qu'une ébauche d'histoire. Le récit est plaisant à écrire, même si rien n'est vraiment fixé dans ma tête : ca ne le devient que lorsque (pour ainsi dire) l'encre touche le papier. Sauf que bien entendu, dans le cas des 3E, il n'y a ni encre, ni papier, juste un écran, des bits, des pixels... 
Le récit est plaisant à écrire : les personnages demeurent simples, même s'ils possèdent leur propres petites contradictions, l'univers a beau être sombre, il reste à la portée de tous les lecteurs (y compris les prépubères...) Les enjeux font sans doute devenir plus complexe, mais pour le moment, ils demeurent assez transparent - ou le seront quand je cesserai de livrer des informations bribes après bribes. 

Il faut juste que j'évite de me focaliser sur ce satané compteur de lecture (cruelle petite chose !) et que j'aille de l'avant : qui sait, une histoire avec deux chapitres - voire bientôt trois - sera peut-être plus attrayante qu'une histoire avec un seul chapitre ! 


24/03/2011

Under a steamin' sky

Le second projet de mes cartons. Nommé pour l'instant Under a steamin' sky. Un projet très différentsde l'onirique Les Trois empires, c'est plutôt un mélange d'humour et d'aventure avec juste des machines bizarres. Rien que Jules Verne n'aurait pu inventer.

Dans le plus grand secret, des savants des grandes puissances civilisées (France, Grande-Bretagne, Russie, Etats-Unis) ont créé sur l'îlot océanien de New Arcady un état technologique, où toutes les avancées scientifiques et industrielles sont expérimentées dans une ville complètement à part, comme une exposition universelle à l'échelle d'un petit état ! Tout ceci se passe non sans une peu de rivalité entre ces différentes nations...

La journaliste australienne Pragmaty Cambria a obtenu le droit de séjourner à New Arcadia pour décrire ses impressions à condition que ses articles ne soient publiés que le jour où l'existence de New Arcady sera révélée au grand public. Elle supporte cependant assez peu d'être confinée avec les épouses des ingénieurs et manifeste son désir d'explorer même le côté le plus "technique" voire salissant des choses... ce qui entraîne quelques déboires.

Un jour, les relations télégraphiques sont coupées et une mystérieuse force aéroportée fait un raid sur l'île, enlevant tous les scientifiques. Les familles des ingénieurs, les bureaucrates et les serviteurs se retrouvent isolé dans un monde technologique qui les dépasse, que seules savent un peu contrôler des ouvriers dont un gouffre social les sépare.

C'est sans compter sur Pragmaty, qui avec l'aide du "pilote d'essai" Ivan Borodine, d'Eléonore Auberlin dit Léo, la fille garçon manqué d'un ingénieur français, de l'indomptable lady Margarett Price-Laughton et de Abe Johnson, un mécano afro-américain, tente de montrer une expédition pour découvrir ce qui s'est passé et libérer les captifs...

Je pense que tout est dit sur un projet sans prétention au format Websérie. J'ignore s'il va se concrétiser un jour, mais je ne désespère pas...

13/03/2011

Les Trois Empires : un nouveau projet (encore un !?)

Peut-être est-ce le fait d'avoir replongé dans le XIXe siècle avec Le Premier Cercle, de tourner autour de la Belle Epoque avec Under a Steaming Moon, ou d'avoir trouvé  d'autres auteurs qui s'inspirent de ces périodes, mais je me retrouve à couver un nouvel oeuf dans mon nid déjà surchargé...

Les Trois Empires ne sont que vaguement définis, mais j'ai déjà envie de m'y plonger !

Le monde d'Handensel se divise entre les Ilandes, îlots de terre urbanisés où se développent des villes tentaculaires qui s'étendent vers le ciel et la mer, et les Filders, des terres cultivables où se sont implantées de vastes fermes. Ces  espaces isolés les uns des autres sont cernés par les Nebelranques, ces barrières de brume épaisse dans laquelle disparaissent les sens et la volonté. Au delà, s'étend le territoire inconnu de  l'Unnon. Trois Empires, Calice, Sax et Erde, fédèrent ces petits bouts de monde.

Pour joindre ces implantations, on emploie des Rodes, des chemins balisés empruntés par les Pilotiers. Ces derniers sont recrutés parmi les Sundeurs, les rares personnes qui ne sont pas perturbées par le Nebel. Cinquante ans plus tôt, après la mystérieuse destruction d'une Ilande, la guilde des Pilotiers a détruit sa rivale, la guilde des Exploreurs qui seule savait ouvrir de nouvelles Rodes.

A présent, la pression démographique et le manque de ressources se fait sentir dans les terres habitées. Les Trois Empires sont sur le point de se livrer une terrible guerre de subsistance.

Comme tous les Exploreurs, Earnest Clarvasseur n'a jamais fondé de famille. Mais comme le voulait aussi la coutume secrète des siens, il a engendré des enfants pour que ne soit pas perdu l'héritage Sunder des Exploreurs.  A ses trois petits enfants, le Calicien Aloysius Blancherive, l'Erdiane Cornelli Blaubrunnen et le Saxien Nigel Deepriver, il lègue quelques un de ses secrets... et plus encore.

J'imagine déjà trois grandes parties (pour commencer) : L'héritage des Exploreurs, La Rose des Vents et Au cœur du Nebel. tous les détails du monde ne sont pas encore fixés - je vais encore construire sous mes pas - mais les personnages commencent à vivre en moi : Framke, la rousse orpheline, notamment. Aloysius avec ses boucles noires, et le blond Nigel, un peu trop fier d'être un cadet de la Garde Saxienne, et puis la jolie Cornelli...Je vois les vaisseaux aux allures de zeppelins qui sillonnent le Nebel.  Je ne sais pas encore ce qui se cache au coeur de ces brumes... mais ça viendra !