Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2011

Happy 100 !

Cette note est la centième publiée sur ce blog ! Ce qui n'est pas trop mal, compte tenu de sa date de création - d'autant que je n'ai pas forcément toujours été très assidue. 

Pour fêter l'évènement, un peu d'instrumental - plus que du pur "trailer". Ashielf Pi de l'extraordinaire album Cartographer, de E.S. Posthumus. J'aurais sans doute l'occasion d'en reparler !


 

 

03/04/2011

Question 18

18. Lorsque vous écrivez, écoutez-vous de la musique ?

Là encore, j'ai déjà traité de ce sujet sur le forum de La Feuilletoniste. Je vais donc jouer les paresseuses et m'inspirer de ce que j'avais déjà écrit sur le sujet - en approfondissant un peu plus.  

La musique est surtout pour moi une source d'inspiration, en me donnant envie de retranscrire les émotions qu'elle suscite. Il faut dire que j'ai un goût particulier pour des formes de musiques évocatrices voire narratives, comme la poésie symphonique (et la musique symphonique en général), les ouvertures et entrées d'opéras, ainsi que la musique de film qui parfois n'a strictement rien à envier aux formes plus "artistiques" de musique. 
Je n'écris que rarement en musique, plus pour des raisons pratiques que tout autre chose : la situation ne s'y prête pas, la radio ou la télévision tournent déjà... Quand j'y ai recours, c'est souvent, délibérément, pour surmonter une phase d'"écran vide", un manque d'inspiration persistant ou simplement un manque de vision. La musique qui m'inspire suscite l'émotion, emporte l'imagination dans un registre grandiose ou romanesque : elle me pousse à ne pas écrire étriqué, mesquin. A mettre en grand écran, en Technicolor des images qui autrement resteraient au format d'un médiocre écran de télévision.
Cela dit, elle n'a pas forcément besoin d'être (si) bonne, mais essentiellement évocatrice. Les deux n'étant pas forcément lié. Un chef d'oeuvre ressassé ad nauseam n'entraînera aucune émotion nouvelle, quand une ritournelle sur un vague clavier mal accordé peut me remuer jusqu'au fond des tripes.

J'ai découvert par hasard un type de musique très adapté à l'exercice : celle des collectifs de compositeurs qui créent des courtes pièces dans des ambiances spécifiques pour les bandes-annonces de films et autres reportages, les compagnies de "Trailer Music" (quelques exemples figurent en lien sur mon blog). 

30/03/2011

Rhapsodie de rêve et magie

Puisque le groupe Rhapsody of Fire est cité dans l'article écrit par JainaXF, je ne peux résister à l'envie profite de vous faire découvrir ici un titre très spécial, The Magic of the Wizard's Dream. Déjà, parce que c'est une ballade, et que les groupes de métal sont prodigieusement bon dans ce domaine. Ensuite, parce que le chanson est admirablement servie par une orchestration classique qui la rend intemporelle. Enfin, Christopher Lee.

Christopher Lee est un personnage de légende (et pas que pour les fans de culture alternative) : que ce soit ses origines (fils d'un officier britannique et d'une comtesse de vieille famille italienne, ), ses multiples compétences (acteur, producteur, orateur, musicien, chanteur...), son sombre charme ou sa grande culture. Son apparition dans ce titre n'est pas sa seule contribution à l'univers du métal symphonique.

Il possède l'une des voix les plus prodigieuses de l'histoire du cinéma, une basse magnifique digne des plus grands opéras, remarquablement préservée compte-tenu de son âge au moment de l'enregistrement (plus de 80 ans). 

Rhapsody est le tout premier groupe de métal symphonique que j'ai découvert et comme je suis un public facile et enthousiaste, je suis devenue plutôt fan de ses envolées épiques.

 

 

Bon sang, comme j'aurais aimé faire les choeurs sur une telle chanson !

J'en profite pour discrètement faire passer le mot : je suis une soprano avec un joli brin de vibrato, et qui serait ravie de faire des choeurs sur du métal symphonique ! ^^

22/03/2011

Ambiance tramondienne

Pour mes chers lecteurs du Premier Cercle, un petit extrait de "trailer music", de X Ray Dog cette fois. Je ne suis pas inconditionnelle de XRD comme je le suis d'Immediate Music, peut-être parce que je trouve que leur orchestration fait un peu trop "synthétique" par moment, mais il faut bien avouer que certaines de leurs musiques en jettent.

Eh oui, je l'avoue et l'assume, j'aime le pompier. Avec ou sans uniforme.

Ici, c'est avec uniforme, je le maintiens : cet air, The Academy, me semble tout à fait approprié à l'ambiance martiale et pompeuse de mon bien aimé royaume de Tramonde. Gloire, courage, honneur, Rule Britan... euh, Rule Tramonde !


16/03/2011

Not truly hiding, not like a shadow...

I'm sitting down here,
But hey you can't see me
Kinda invisible
You don't sense my stay
Not truly hiding, not like a shadow
Just thought I would join you for one day
I'm sitting down here,
But hey you can't see me

C'est en entendant cette chanson de Lene Martin à la radio que l'idée de Family Spirit m'est venue à l'idée.

L'héroïne (sans nom) de cette histoire se réveille un jour, amnésique, à la cour du Roi des Fées : créature magique elle-même (une sorte de "dame blanche"), elle est intervenue de façon intempestive dans le destin de la famille écossaise des MacPherson dont elle était l'esprit tutélaire, provoquant l'exil et la ruine de son héritier. Pour réparer son erreur, projetée deux siècles et demi plus tard, elle doit retrouver les descendants des  MacPherson, dispersés aux États-Unis, et rendre à chacun d'entre eux la place qui aurait dû être la sienne. 

Difficile quand elle ne se souvient même plus des circonstances de son "erreur" et que le seul pouvoir qu'on lui laisse est celui de se faire "oublier". Encore plus difficile, quand son action risque de contrecarrer les plans des propriétaires actuels de Dunngarrick... eux-même quelque peu inhabituels !

Mais ne vous y trompez pas, Family Spirit sera une comédie fantastique, avant toute chose. Parce qu'il est bon parfois de sourire un peu...

Un peu de musique pour rester dans l'ambiance :




Eh oui, je peux écrire futile, frivole, léger, superficiel. Et c'est parfois bien agréable ! :)