Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2012

Retour !

Cela fait un temps certain que je n'ai pas mis les pieds ici ! Tumblr. m'a fait découvrir des choses passionnantes (les blogs d'art notamment), mais un vrai support éditorial me manquait. Je ne sais si quelqu'un me lit encore ici, mais heureusement, Facebook et Twitter seront témoins de ma résurrection. 

Il faut bien un mur des lamentations pour accueillir mes constantes jérémiades de grande incomprise ! ^^

14/07/2011

A prendre en compte... (et inversement)

Je me suis toujours imaginée que si les gens ne faisaient pas attention à moi, c'était parce que (dans l'orde) j'étais foncièrement inintéressante, profondément décalée, un tantinet ridicule, dénuée de séduction - en tout bien tout honneur - et affligée d'un sentiment d'infériorité deux fois grand comme moi (ou trois fois, vu ma taille peu élevée). 

Une idée révolutionnaire commence à poindre dans ma tête : et si j'intimidais les gens autant qu'ils m'intimident ? Et si certains éprouvaient justement un sentiment d'infériorité vis à vis de moi ?

Pour moi qui passe globalement ma vie à trouver que les autres font tout mieux que moi, ce serait le comble. En tout cas, il y a un domaine dans lequel je ne ferai jamais d'ombre à personne : mes capacités sociales... :)

Vingt ans après (mais pas Dumas !)

Pas sûr que cela sera très bon pour mon image... essentiellement parce que si c'est sous forme bureautique, c'est que j'avais aux alentours de la vingtaine quand j'ai noté tout cela. Pas douze, ni même quinze ans.

(Silence gêné)

Peut-être l'ai-je recopié sur un document antérieur... Cela devrait expliquer bien des choses.

Toujours est-il que je m'amusais à collectionner... les synopsis d'histoires. De sagas, même... et le soucis, c'est que je ne souviens plus réellement des détail de ces épopée. Sauf celle-ci, peut-être (je vous préviens, c'est comme un reality show où les gens avouent des faits terriblement humiliants sur leur personne) :

La saga des cites-royaumes

La Légende de Kheheri

La reine Kheheri était-elle un mythe ? On disait qu'elle renaissait chaque fois que son monde était en danger. Mais la reine Noire partageait son corps avec l'Esprit Noir, l'Aura du Mal. La magie de la Princesse Blanche, l'enfant de lumière, serait-elle assez puissante pour les vaincre ?

L'Enfant à l'Epée

La Princesse Blanche, vaincue par son Ennemie la Reine Noire, lors d'un combat épique, avait été emprisonnée dans un sceptre de cristal. Après bien des péripéties, ce sceptre devint la propriété de la cité-royaume d'Eghdarahrn, l'objet le plus sacré jamais possédé par ces guerriers des steppes. Meghen, l'enfant à l'épée, le guerrier le plus prometteur de la cité, n'est encore qu'un enfant, mais le destin le trahira... Déconsidéré, il doit fuir et partir sur les chemins de l'errance...

Le sceptre de Cristal

Hommes et Elfes, Nains et Petites Gens se sont unis pour retrouver le Sceptre, sous la conduite de Ferrhan le Magicien. Parmi eux, Meghen, qui fut jadis honoré à Eghdarahrn, et Aslin, la fille de la Reine noire. 

L'enfant de Lumière

Libérée du cristal, la Princesse est morte... Pour renaître, régénérée. Mais où ? Une nouvelle quête commence pour les Compagnons de la Lumière.

Roi d'Iffsan

Meghen a regagné son honneur, et l'amour d'Aislin. Mais pour que sa victoire soit complète, il doit achever le cours de sa destin‚e en reconqu‚rant le royaume d'Iffsan.

Le pire, c'est que celle-ci, je m'en souviens à peu près. Assez pour me rappeler qu'il y a vait encore un autre "opus", l'"Enfant Impossible". Une histoire de réalité alternative... 

Sans doute y a-t-il des choses encore exploitables, comme le contexte de steppes et de cités-royaumes, l'intrigue de la princesse enchassée dans le sceptre, la véritable nature d'Aislin, et cette suite non mentionnée dans le fichier. Mais je dois avouer que je trouve que parfois, la maturité a du bon. C'est justement le cas ici... 

 

 

 

 

 

13/07/2011

Happy 100 !

Cette note est la centième publiée sur ce blog ! Ce qui n'est pas trop mal, compte tenu de sa date de création - d'autant que je n'ai pas forcément toujours été très assidue. 

Pour fêter l'évènement, un peu d'instrumental - plus que du pur "trailer". Ashielf Pi de l'extraordinaire album Cartographer, de E.S. Posthumus. J'aurais sans doute l'occasion d'en reparler !


 

 

L'Héritage de l'Exploreur : chapitre 2...

 Un dernier tremblement parcourut la carcasse du long-courrier.

Enfin arrimé à son quai, crachotant ses dernières bouffées de fumée et grinçant de toute sa carcasse composite, le skif évoquait un voyageur épuisé après une longue et pénible course. Les derniers filaments de Nebel qui s'accrochaient encore à ses gréements s'évanouirent, emportant avec eux les effluves stagnants et doucereux de la brume.

Les dockers traînèrent la passerelle coulissante fixée au rebord du quai vers la nacelle et l'arrimèrent solidement à son flanc. La porte du sas s'enfonça légèrement, avant de s'escamoter dans la paroi. Hautes silhouettes dignes dans leur long manteau noir, deux pilotiers surgirent des entrailles de l'engin et gagnèrent le quai où ils prirent position de part et d'autre de la passerelle.

Les premiers passagers firent leur apparition, si gauches et ensommeillés qu'il était difficile de croire qu'ils appartenaient aux guildes les plus puissantes des Trois Empires : messagiers et médicants en habits blancs, militaires et haut fonctionnaires arborant les couleurs de leur nation, tous clignaient des yeux encore gonflés de sommeil dans la lumière cotonneuse du port.

Eh oui, pour ceux qui suivent ma vie trépidante (ahem...), je poursuis la (future) saga des Trois Empires. Ce qui veut dire que  L'Héritage de l'Exploreur est enfin doté d'un chapitre 2. Je ne sais pas si cela en fait une histoire à part entière, mais c'est déjà un peu plus qu'une ébauche d'histoire. Le récit est plaisant à écrire, même si rien n'est vraiment fixé dans ma tête : ca ne le devient que lorsque (pour ainsi dire) l'encre touche le papier. Sauf que bien entendu, dans le cas des 3E, il n'y a ni encre, ni papier, juste un écran, des bits, des pixels... 
Le récit est plaisant à écrire : les personnages demeurent simples, même s'ils possèdent leur propres petites contradictions, l'univers a beau être sombre, il reste à la portée de tous les lecteurs (y compris les prépubères...) Les enjeux font sans doute devenir plus complexe, mais pour le moment, ils demeurent assez transparent - ou le seront quand je cesserai de livrer des informations bribes après bribes. 

Il faut juste que j'évite de me focaliser sur ce satané compteur de lecture (cruelle petite chose !) et que j'aille de l'avant : qui sait, une histoire avec deux chapitres - voire bientôt trois - sera peut-être plus attrayante qu'une histoire avec un seul chapitre !