Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2011

Interlude

Après la fin du mème sur l'écriture, je me suis trouvée un peu dépourvue : il me faut soudain trouver des choses à écrire ! Tâche insurmontable quand l'attention que je porte aux choses ne semble pouvoir dépasser trois secondes (et que personne ne me parle de poisson rouge, il a été prouvé que leur mémoire pouvait atteindre plus de trois semaines...) Ou que tout sujet digne d'intérêt demande trois bonnes heures de rédaction !

Tout le paradoxe du blog, c'est qu'on le crée au départ pour s'exprimer mais que rapidement, on est obligé de s'exprimer uniquement pour le remplir. 

15/04/2011

Question 31

Déjà la dernière question... ?

Cela fait donc un mois que je réponds à ces questions quotidiennement, ou presque. Elles vont un peu me manquer (il faut bien reconnaître que même si elles ne déclanchaient pas la ferveur des foules, au moins elles étaient bien pratiques pour remplir mon blog...)

31. Qu’écrivez-vous en ce moment ? (c’est la même question que la 01, mais votre réponse est peut-être différente…)

Je n'ai que très vaguement commencé le chapitre 5 de mon webroman de science-fantasy, Le Premier Cercle.

J'ai abandonné le petite nouvelle de science-fiction située dans l'univers de Paradis XXIV car elle n'aurait pas été prête pour le concours, de toute façon, et je ne la trouvais pas forcément crédible. 

Par contre, le chapitre 24 de Paradis XXIV a bien avancé ! 

J'ai terminé le premier chapitre de ma saga fantastique d'inspiration steampunk, Les Trois Empires : L'Héritage de l'Exploreur. Et commencé un peu le deuxième chapitre. 

Pour le reste, toujours trop de choses en stase ! 

Vous pouvez revoir toutes les questions ici !

14/04/2011

Question 30

30. Quel a été votre premier texte abouti ?

Difficile à dire : je ne sais plus s'il s'agit d'une petite nouvelle appelée Le Rapt, une autre nommée Le Vol, ou bien Voices in the darkness, a Jack Star adventure, ou mes deux fanfictions basées sur la série policière La loi est la loi. En tout cas, je n'ai été ni précoce ni productive. 

D'ailleurs, aucun de ces textes n'est mémorable. Sauf peut-être Le Vol, qui se défend encore - vaguement. Parfois, je reprends mes vieux textes, ceux qui ont 20 ans ou un peu plus, et je me lamente sur le temps perdu à douter de moi. Au moins, ils servent à quelque chose...

Pour voir les questions

13/04/2011

Question 29

29. Bêta-lisez-vous ? Si oui, cela influence-t-il votre manière d’écrire ? Si non, pourquoi ?

J'ai dû faire une ou deux bêta-lectures (un peu plus à l'époque où je servais de correctrice pour les articles d'un magazine de GN, mais c'est autre chose...) Je ne me propose pas trop, autant par timidité que par manque de disponibilité, mais je pense que je ne me débrouille pas trop mal dans l'exercice.

L'exercice m'a fait progresser sur la forme (présentation des dialogues, etc.) mais sur le fond... je ne suis pas sûre. N'importe quelle lecture (correctrice, critique ou pas) peut porter à être plus attentif à ses écrits.

Pour voir les questions

Question 28

28. Parlez-vous de ce que vous écrivez à vos proches et amis non écrivant ?

A mon mari, tout le temps, mais d'un autre côté, je ne le placerai pas dans le rang des non-écrivant : il s'est essayé plus ou moins à l'exercice, a longuement joué au JdR par mail, a rédigé des scénarios de  GN... Et puis, il sera toujours mon lecteur/fan number one, même s'il est plus ou moins enthousiaste !

Je ne m'attarderai pas non plus sur mes lecteurs, qui n'écrivent peut-être pas eux-mêmes mais sont acquis à la cause.

Dans ma famille, il y a toute une palette d'indifférence : indifférence totale, indifférence bienveillante, indifférence amusée, indifférence moqueuse... Et quand ce n'est pas de l'indifférence, c'est un scepticisme qui ne me donne aucune envie de partager. Peut-être en creusant bien y a-t-il deux ou trois personnes qui pourraient s'y intéresser, parce qu'elles écrivent eux-même ou ont du goût pour ce style de chose, mais ce n'est pas les gens que je vois le plus souvent. 

Au travail, je ne dirais pas que j'en parle, disons plutôt que je ne le cache pas. La majorité des gens ricanent quand on leur avoue une passion pour l'écriture : à moins d'aller le pratiquer en atelier ("loisir social") ou de parvenir à publier, l'écrivain amateur est forcément un velléitaire rêveur un peu immature. Surtout s'il aborde les littératures de l'imaginaire.

Quant à mes amis, ils ne sont pas forcément plus intéressés que la moyenne des gens, mais étant des passionnés de littérature de l'imaginaire, ils ne me considèrent pas comme "anormale", ce qui est rafraîchissant. J'ai aussi eu des échanges intéressants avec quelques personnes de ma chorale, mais c'est clair que je n'en discuterai pas avec tout le monde !

Pour voir les questions