Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2011

C comme Crayon (ABC de l'écriture)

Je parlais dans ma note précédente de mon retour au brouillon manuscrit. Qui dit papier... dit bien entendu crayon. Ou stylo. Ou encore plume d'oie. Nous dirons que le terme est générique ! 

J'ai toujours aimé la fantaisie en matière d'écriture. J'ai employé des crayons, des stylos billes, des stylos plumes (pas de stylos poils, mais je pense que ça s'appelle un pinceau)... Quand j'ai intégré ma "petite grande école", je me suis amusée à écrire avec des stylos de couleurs atypiques sur des feuilles de couleur aussi, qui variaient selon les cours. 

Quand j'ai repris l'écriture manuscrite sur mes carnets, je suis d'abord passée par la phase "crayon à papier", qui m'a aidée à vaincre ma peur-panique de la rature parce qu'il était effaçable - ce n'est pas pour cela, d'ailleurs, que je gommais mes erreurs. Plus j'ai acquis ces stylos à encre pailletée et plus tard un Bic quatre couleurs girlie, enfin une nouvelle pochette de dix mini-stylos de couleurs assorties Papermate... une couleur par fil d'histoire sur mes carnets. Il va falloir que je vous parle des mes carnets, un de ce sjours !

Et je n'oublie pas pour autant que le crayon sert aussi (voire surtout) à dessiner !

Revenir à l'alphabet !

26/05/2011

B comme Brouillon (ABC de l'écriture)

Pendant longtemps, le brouillon a été mon pire ennemi : je détestais son aspect confus. Comment mettre ses idées en place sur une feuille raturée de partout ? Comment faire disparaître le superflu, rendre le bon grain plus lisible que l'ivraie ? 

L'avènement de la bureautique m'a sauvée du découragement absolu. Avoir possibilité de remanier à l'infinie sans laisser de traces disgracieuses, voilà qui tenait véritablement du miracle ! Mais après avoir finalisé quelques nouvelles, j'ai réalisé qu'il n'y avait - véritablement - aucune solution miraculeuse.

Aujourd'hui, quand l'inspiration me prend, je gribouille sur un carnet avec des stylos de toutes les couleurs un premier jet, histoire de cristaliser mes idées. je le recopie dès que j'ai le temps... Parfois , je n'ai même pas besoin de regarder mon brouillon, car le fait de rédiger mes idées m'a permis de les mettre en place et d'avancer avec plus de confiance dans le fil de mon récit. 

Revenir à l'Alphabet !

25/05/2011

A comme Auteur (ABC de l'écriture)

Bien que l'on rencontre parfois l'analyse inverse, je trouve ce terme d'auteur assez neutre pour exprimer une certaine humilité : le mot écrivain implique une reconnaissance acquise, dans le domaine de l'art comme celui du métier.

Il rappelle également la paternité/responsabilité de celui qui écrit sur son oeuvre, tout en étant assez généraliste et transversal pour toucher tous les aspects de la création, au-delà de l'écriture. Je le revendique donc volontiers.

Revenir à l'alphabet !

Mon ABC de l'écriture !

Voici donc le fameux ABC de l'écriture. Pour les lettres difficiles, je n'ai rien trouvé de pertinent : je laisse au soin de chacun (au cas où quelqu'un reprendrait cet alphabet) de les traiter comme il ou elle le souhaite. 

Voici donc l'accroche :

Décrire en quelques lignes ce qu'évoque chez l'écrivain que vous êtes chacun de ces mots. 

Pour K, W, X, Y et Z, traitez-les comme vous en avez envie.

Auteur

Brouillon

Crayon

Dialogue

Edition

Feuille

Grammaire

Histoire

Imagination

Jargon

K

Lecteur

Muse

Nouvelle

Orthographe

Personnage

Qualité

Roman

Style

Temps

Univers

Vocabulaire

X

Y

Z

26/04/2011

Petite impertinence citationniste...

Paradoxe de l'arroseur arrosé (avec ma personne dans le rôle titre) : connaissez-vous cette citation de Somerset Maughan ? 

« La faculté de citer est un substitut commode à l’intelligence. »

Les citations de Maughan ont souvent quelque chose de jubilatoire dans le caustique. Comme le Dictionnaire du Diable d'Ambrose Bierce (il faudra que je vous en cause un jour...) en un poil moins décapant.

Pour ma part, je ne pense pas que l'abus de citations soit tant la preuve d'un déficit dintelligence, que celle d'une sorte de paresse intellectelle touchant les centres de la réflexion et de l'imagination. 

Je dois avouer que je ne suis pas opposée à l'emploi des citations pour étayer certains de mes arguments lors d'une démonstration - parce qu'il y aura toujours des gens qui exprimeront mieux que moi ce que je pense ! Mais je ne laisserai jamais une citation - ou un autre écrivain, mort ou vivant - penser à ma place. Même si cela fait de moi quelqu'un d'immensément prétentieux... 

Personne n'est parfait !