Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2011

A prendre en compte... (et inversement)

Je me suis toujours imaginée que si les gens ne faisaient pas attention à moi, c'était parce que (dans l'orde) j'étais foncièrement inintéressante, profondément décalée, un tantinet ridicule, dénuée de séduction - en tout bien tout honneur - et affligée d'un sentiment d'infériorité deux fois grand comme moi (ou trois fois, vu ma taille peu élevée). 

Une idée révolutionnaire commence à poindre dans ma tête : et si j'intimidais les gens autant qu'ils m'intimident ? Et si certains éprouvaient justement un sentiment d'infériorité vis à vis de moi ?

Pour moi qui passe globalement ma vie à trouver que les autres font tout mieux que moi, ce serait le comble. En tout cas, il y a un domaine dans lequel je ne ferai jamais d'ombre à personne : mes capacités sociales... :)

Commentaires

"si j'intimidais les gens" : Il y a quelques temps, j'ai été très surprise d'apprendre qu'une personne que je trouve très sympathique n'osait pas m'écrire, parce que mes connaissances (en matière de BL/yaoi) l'impressionnaient. Cela m'a beaucoup étonnée, déjà parce que je trouve que je n'en sais pas tant que ça (j'en apprends tous les jours d'ailleurs) et surtout parce que la personne en question est loin de mal si connaître. J'espère que je ne lui fais plus peur maintenant qu'elle m'a vue "en vrai" XD

Pourtant, je pense que les gens ne font pas toujours attention aux autres, car ils ont déjà leurs activités à gérer sur le net, ainsi que leur propre réseau de connaissances. Je ne pense pas que le problème vienne la plupart du temps de la peur ou du mépris (ce terme est un peu fort en fait), mais plus simplement du fait que les journées ne font que 24 heures et que le net n'est qu'une petite partie de la vie de tous les jours.

Écrit par : Natth | 14/07/2011

Disons qu'il y a eu deux ou trois éléments qui m'ont fait penser que ça pouvait être le cas, ou au moins un des éléments qui pouvait éclairer quelques réactions. Il y a aussi le fait que je suis sensiblement plus âgée que la plupart des gens qui fréquentent les communautés où je traîne...

Mais je ne pense pas que cela écarte les raisons précédemment évoquées.

Écrit par : LaFeuilletoniste | 14/07/2011

Je pense qu'on a tous tendance à se juger beaucoup plus sévèrement que les autres (je me suis souvent faite exactement les même réflexions sur mon manque de charisme, mon côté geek...) et à être intimidé par des personnes qu'on admire pour des raisons diverses...

Je suis aussi d'accord avec Natt : le temps manque pour pouvoir parler à toutes ses connaissances du net tous les jours...

Écrit par : jainaxf | 14/07/2011

C'est clair, on ne peut pas être partout à la fois - et en cela, le vie "numérique" est largement semblable à la vie de tous les jours. Mais ce n'est pas le seul point commun : les problèmes d'intégration sont aussi réels que dans la vie réelle, et c'est difficile de comprendre pourquoi il est si compliqué, parfois, de recevoir l'attention dont d'autres bénéficient sans vraiment faire d'efforts.

Je me disais que si j'attendais que les gens me remarquent pour aller vers eux, je deviendrai une sorte d'autiste du web...

Écrit par : LaFeuilletoniste | 14/07/2011

Je suis d'accord sur l'idée de faire un effort pour aller vers les autres, mais je pense que c'est pareil pour tout le monde. Maintenant, il est aussi vrai que certaines personnes réussissent à être mieux en accord avec les goûts des autres, à obtenir plus facilement leur attention... Pour autant, je ne pense pas que l'on juge les autres nuls. En fait, c'est un peu la loi de l'offre et de la demande : si une production du web correspond mieux à la demande, son auteur sera plus reconnu. Ce n'est pas une question de qualité, mais plutôt de cible à mon avis. Maintenant, est-ce que cela vaut vraiment la peine de répondre à cette demande, si la chose demandée ne nous intéresse pas ? Est-il impossible de trouver son coin du web sans cela ? Qu'est-ce que l'on attend des autres ? Jusqu'à quel point a-t-on besoin d'eux ? J'aurais plutôt tendance à me questionner dans ce sens-là.

Écrit par : Natth | 16/07/2011

Vaste débat... Cela dit, je ne peut m'empêcher de remarquer que les membres des communautés attendent souvent de voir comment leurs membres "alpha" réagissent pour décider quelle attitude avoir envers un nouveau venu... Vous l'avez remarqué aussi ?

Écrit par : LaFeuilletoniste | 16/07/2011

Je ne sais pas trop... Je dois avouer que je n'y ai pas fait attention, mais c'est un phénomène qui doit sans doute exister. D'un autre côté, j'ai souvent rejoint des communautés où la présentation n'était pas obligatoire, voire où il n'y en avait pas à faire. Bien sûr, l'accueil ne se limite pas à la présentation, mais je pense que cela peut jouer. Cependant, je trouve ce genre de réaction très "communautariste". On va me dire que c'est logique pour une communauté, mais je pense que cela ne l'est pas tant que ça.

Pour ma part, lorsque je rejoins une communauté (principalement sur forum), ce n'est pas pour la communauté en soi. J'y adhère lorsque les sujets de discussion m'intéressent et que le forum me paraît suffisamment actif (qu'il y ait au moins une ou deux personne pour parler XD). Là, j'ai l'impression que la communauté passe avant la raison de son existence, ce qui ne me paraît très logique. Il m'arrive de m'attacher à des gens que j'ai croisés via ces communautés du net ou de regretter que des coins où j'aimais bien discuter disparaissent ou "s'endorment". Mais là, je trouve que cela fait un peu "meute", ce qui me laisse perplexe.

Écrit par : Natth | 16/07/2011

C'est vrai qu'il y a du suivisme de la part de nombreux membres (surtout envers les admins/éditeurs...), je l'ai vu sur plusieurs forums !

Écrit par : jainaxf | 16/07/2011

C'est un peu le principe de la peur du noir. Quand on est obligé d'avancer dans le noir et qu'on s'imagine que c'est nous le prédateur et pas la victime, on a tout de suite moins peur... Je névrosais quand j'avais l'âge d'avoir peur du noir, tiens.

Écrit par : Reb | 05/10/2011

Les commentaires sont fermés.