Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2011

A comme Auteur (ABC de l'écriture)

Bien que l'on rencontre parfois l'analyse inverse, je trouve ce terme d'auteur assez neutre pour exprimer une certaine humilité : le mot écrivain implique une reconnaissance acquise, dans le domaine de l'art comme celui du métier.

Il rappelle également la paternité/responsabilité de celui qui écrit sur son oeuvre, tout en étant assez généraliste et transversal pour toucher tous les aspects de la création, au-delà de l'écriture. Je le revendique donc volontiers.

Revenir à l'alphabet !

Commentaires

En plein Imaginales, je ne peux que constater par ailleurs que chez les pratiquants de la plume imaginaire (sic) on se qualifie volontiers d'auteur... et je n'ai pas encore entendu prononcer le terme "écrivain". Peut-être parce que le terme a son petit côté "notable", et que la respectabilité des fantaisistes de tout poil qui traînent ici étant généreusement mise en doute, ils ne sauraient se prévaloir d'un tel titre de noblesse.

Je noterai cependant au passage ce que relevait un intervenant lors d'une conférence (amusante mais peu profonde) sur "sortir du ghetto de genre": un auteur de SF vent en moyenne beaucoup plus qu'un écrivain pratiquant une saine littérature blanche. (Cinq fois plus, au bas mot). Et toc.

Écrit par : JC Heckers | 27/05/2011

Cela ne m'étonne pas vraiment, en fait ! Mais d'un autre côté, c'est sans doute une raison de plus pour l'"intelligentsia" de les ignorer, en les classant dans le sous-genre honteux "commercial" !

Écrit par : LaFeuilletoniste | 31/05/2011

Les commentaires sont fermés.