Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2011

Question 15

15. Si l’un de vos textes venait à être publié, et à avoir un succès fou, verriez-vous les fanfictions inspirées de votre récit d’un bon œil ?

Absolument ! Je serais plus que ravie. Je rêve de voir ce que d'autres feraient de mes univers, sans doute mon expérience de rôliste : un monde de jeu de rôle est un assemblage contributif, auquel chaque meneur, chaque joueur prend un peu part. Evoluer dans ce ype d'univers rend moins exclusif. Je peine à comprendre pourquoi certains auteurs interdisent les fanfics dans leur univers ! 

Si j'étais un écrivain célèbre et reconnu, je ferais comme Marion Zimmer Bradley pour Ténébreuse : je recueillerais les meilleures contributions de mes fans et je les éditerais en anthologie ! :)

Cependant, je n'hésiterais pas, je pense, à donner des consignes... Comme j'ai conçu de base Paradis XXIV comme un univers "ouvert"(même si pas grand monde n'a paru intéressé par l'aventure), j'ai rédigé les règles suivantes :

 

  • Suivre le Canon ! En cas de doute, l'auteur est prêt à répondre aux questions.
     
  • Garder les personnages fidèles à leur caractère dans la série ou, s'ils agissent étrangement, donner une bonne raison ! Les personnages peuvent aussi montrer des facettes inattendues de leur personnalité, mais cela doit rester vraisemblable.
     
  • Les AU (Univers alternatifs) sont permis, mais doivent être identifiés comme tels. Si une bonne histoire est basée sur les épisodes déjà écrit mais ne suit pas la trame prévu pour les saisons à venir, elle sera considérée comme AU.
     
  • Pas de slash (non canon...), pas de scènes pornographiques. Les seules tendances refoulées des personnages sont celles qu'ils manifestent dans la série. Comme ils sont adultes (enfin... la plupart d'entre eux !) et responsables d'eux mêmes, les thèmes adultes sont permis, mais il n'est pas indispensable de verser dans l'érotisme débridé

 

(Oui... on peut rêver !)

Pour voir les questions

 

30/03/2011

Question 14

14. Êtes-vous auteur de fanfictions ? Si oui, quels fandoms ? Si non, pourquoi ?

J'ai écrit des fanfictions, il y a bien longtemps, pour une série dont personne ne se souvient, La Loi est la loi (Jake and the Fatman), une programme policier des années 80 comme il y en avait tant (... ce que je pouvais aimer ça !!!)  Tout d'abord pour terminer un épisode dont la fin ne me convenait pas, puis une histoire originale. Ces deux fanfics ont été parmi les rares écrits que j'ai réussi à finaliser à l'époque. Plus tard, j'ai changé le contexte et le nom des personnages de la deuxième pour en faire un récit original !

J'ai écrit depuis un début de nouvelle (Le dernier archange) qui était une fanfic qui ne s'avouait pas. Actuellement, quelques scénarios tournent dans ma tête dans l'univers des Aventures des Galaxy Rangers mais je n'ose pas les rédiger... Car si je n'écris pas (plus) de fanfiction, c'est pour de multiples raisons : je crains de commettre des erreurs face au "canon", de me faire reprendre par les fans, de trahir d'une façon ou d'une autre l'univers original. Mais de toute façon, les univers qui me motivent sont si peu connus que je ne risque pas grand chose, sans doute... ^^

Cela dit, mon processus créatif a longtemps eu une composante de fanfic derrière. J’inventais des suites à mes dessins animés/films/séries/livres préférés. Cependant, comme je me sentais coupable d’employer les univers et personnages des autres, je transformais les récits pour les situer dans des mondes bien à moi… Ce qui me forçait ensuite à inventer des « préquels » logiques à ces suites.

Il y a aussi une certaine composante de fanfiction dans le fait de mener ou jouer un jeu de rôle dans un univers connu. Surtout quand il s'agit d'un univers cinématographique (Star Wars) ou livresque (Cthulhu, Elric...), même quand on ne fait pas apparaître de personnages connus.

Pour voir les questions

Rhapsodie de rêve et magie

Puisque le groupe Rhapsody of Fire est cité dans l'article écrit par JainaXF, je ne peux résister à l'envie profite de vous faire découvrir ici un titre très spécial, The Magic of the Wizard's Dream. Déjà, parce que c'est une ballade, et que les groupes de métal sont prodigieusement bon dans ce domaine. Ensuite, parce que le chanson est admirablement servie par une orchestration classique qui la rend intemporelle. Enfin, Christopher Lee.

Christopher Lee est un personnage de légende (et pas que pour les fans de culture alternative) : que ce soit ses origines (fils d'un officier britannique et d'une comtesse de vieille famille italienne, ), ses multiples compétences (acteur, producteur, orateur, musicien, chanteur...), son sombre charme ou sa grande culture. Son apparition dans ce titre n'est pas sa seule contribution à l'univers du métal symphonique.

Il possède l'une des voix les plus prodigieuses de l'histoire du cinéma, une basse magnifique digne des plus grands opéras, remarquablement préservée compte-tenu de son âge au moment de l'enregistrement (plus de 80 ans). 

Rhapsody est le tout premier groupe de métal symphonique que j'ai découvert et comme je suis un public facile et enthousiaste, je suis devenue plutôt fan de ses envolées épiques.

 

 

Bon sang, comme j'aurais aimé faire les choeurs sur une telle chanson !

J'en profite pour discrètement faire passer le mot : je suis une soprano avec un joli brin de vibrato, et qui serait ravie de faire des choeurs sur du métal symphonique ! ^^

29/03/2011

Question 13

13. La question maudite : et vos tics d’écriture, pouvez-vous nous en parler ?

J'aurais bien du mal à définir ce qui fait partie de mes tics d'écriture, et ce qui relève du choix et du style ! Et je crois que l'écrivain est la personne la moins bien placée pour identifier ses fameux tics.

L'une de mes caractéristiques est de faire des phrases longues. Ce qui peut plaire à certains, mais pas à d'autres. J'emploie pas mal de points-virgules (ce qui devient rare en écriture de nos jours). J'aime décrire, parfois par le menu, je déteste le vide et l'imprécision. J'abuse un peu des adjectifs et des adverbes...

Hum, je pense que c'est tout. 

Pour voir les questions

28/03/2011

Question 12

12. Avez-vous des épiphanies créatives ?

J’ai eu peine à comprendre cette question… Par tradition comme par religion, pour moi, l’Épiphanie, c’est avant tout la fête des Rois mages. En décembre dernier, j’ai même récemment chanté l’Oratorio pour la fête de l’Epiphanie, de Marc Antoine Charpentier. Mais cessons les digressions..

Après avoir creusé un peu la culture littéraire qui me fait défaut, j’en ai déduit que cette question faisait référence à une expérience de création littéraire particulièrement intense. Quand le verbe se fait mot, coulant son sang d’encre sur le papier, ou son sang de pixels sur l’écran - plutôt... (bla bla bla).

 Je suis d'humeur taquine ce soir.

J’ai tendance à me méfier du vocabulaire hyperbolique quand il s’agit de création. Je pense qu’on peut être à la fois passionné et garder la tête froide : l’écriture, pour moi, n’a rien de mystique (je vais chercher ce type d’expérience ailleurs). Il m’est arrivé d’être emportée par des vagues d’inspiration qui me forçaient à griffonner furieusement ou taper jusqu’à ce qu'elles s'effondrent. Mais de là à parler d’Epiphanie, il ne faut pas exagérer.

Peut-être parce que je suis, envers et contre tout, une conteuse.  Les conteurs peuvent passer à loisir les portes de leur imaginaire sans passer par un quelconque trip mystique !

Pour voir les questions