Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2011

Irrécupérable (et) bêcheuse

Récemment, en tapant un commentaire sur un forum, je suis revenue sur mes pas pour effacer une portion de texte.

"Ma plus grosse frayeur de lectrice, c'était un Jules Verne, quand j'avais 6 ans : je lisais 20000 lieues sous les mers et..."

Non.

Décidément, non.

10 ans, ça passe. 8 ans, tout juste. 6 ans, ça fait définitivement : "Je me vante de ma précocité de lectrice".

D'un autre côté, ce n'est pas non plus exceptionnel. Certains enfants lisent dès l'âge de 3 ans. Certains monstres géniaux, dès l'âge de 2 ans. Je n'ai dans mon CV qu'un misérable 4 ans. Et mon cher et tendre, avec ses 5 ans, tombe dans la banalité la plus totale. Peu importe le fait que dès cet âge tendre, nous ayons été des lecteurs compulsifs, le nez contemment plongé dans un bouquin.

Parce qu'au final, cela ne change pas grand chose dans la "qualité" du lecteur. Vous ne me verrez pas souvent le nez dans la "grande" littérature, je n'éprouve aucun plaisir à nouer mon cerveau en petits scoubidous sur des oeuvres dont je respecte la qualité mais que je trouve profondément ennuyeuses.

Quand j'essaie de suivre les tags "littérature" ou "écriture" de Haut et Fort, je suis souvent effarée devant l'intellectualisme de ce que je découvre. Je me dis que si les auteurs de ces notes de haut vol font de même et tombent sur mon magma infantile et mâtiné de culture populaire, ils plisseront le nez en reniflant dédaigneusement.

Ils penseront sans doute que je suis une adolescente - ou une jeune adulte un peu atardée. Mais s'ils découvrent que je suis une femme mûre, mère de famille, dotée d'un haut niveau d'étude, ils vont passer du mépris à l'horreur... ou à la pitié.

:)

(Ce qui me plaît.)

Il y a un autre détail qui fait que je ne serai jamais une digne membre de ce cénacle : je n'ai jamais éprouvé le besoin de remplir mon blog de citations (du moins, si ce n'est pas pour disserter ou appuyer une affirmation, ou fournir les paroles d'une chanson, ou expliquer d'où me vient une inspiration précise). Remplir mes pages avec la prose d'autrui, sous prétexte qu'il/elle écrit bien mieux que moi, sans façon. Je préfère assumer mon propre verbe, même s'il est médiocre.

Je n'ai jamais vécu par procuration, ce n'est pas aujourd'jui que je vais commencer !

Commentaires

Je ne peux qu'approuver à 100% : moi aussi je lis toujours de la littérature de genre et n'aime généralement pas les livres acclamés par la critique, souvent prétentieux et sans véritable fond !

Bon par contre, je n'ai su lire qu'à 6 ans et j'ai commencé à vraiment dévoré des bouqins (y compris des livres "pas de mon âge") vers 7/8 ans ! Mais ça ne m'a pas empêché de me tourner vers la littérature de genre, comme quoi, ça n'a décidemment rien à voir avec l'âge...

Écrit par : jainaxf | 27/03/2011

Les commentaires sont fermés.