Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2011

Le Premier Cercle : encore des nouvelles têtes

Il faudra que je m'arrête un jour d'introduire de nouveaux personnages à chaque chapitre du Premier Cercle. Mais la vie est ainsi faite : un flot ininterrompu de rencontres.

J'espère que les lecteurs apprécieront le prologue, ainsi que les "chiens" et le "loup" de cet épisode. J'espère surtout qu'il ne se perdront pas dans les méandres du récit. Et que le fait qu'encore une fois, l'action se fasse attendre, ne les découragera pas de poursuivre l'aventure.

Ce soir, il faut que je parvienne, avant minuit, à la 13e page au moins. Autrement dit... que j'avance encore de quatre pages. Un défit bien léger après ces dizaines de feuilles de personnages à finaliser en un délai bien trop court... non ?

Retour aux classiques : The Island of Doctor Moreau

L'acquisition de mon PocketBook IQ (autrement dit, de ma tablette tactile/liseuse) m'a redonné le goût de la lecture. Du moins de la lecture de classiques distribués gratuitement sur Project Gutenberg et autres sites de littérature libre de droit. Certains diront que je ne travaille pas pour la survie de l'édition. Mais au moins, je travaille pour la sauvegarde de mon porte monnaie et mon plaisir pur.

Après avoir savouré The Sea Hawk, roman d'aventure de l'auteur italo-britannique Rafael Sabatini (l'auteur des inoubliables Scaramouche et Captain Blood), redécouvert la plume savoureuse de Paul Féval (père du Bossu) en me plongeant dans la Fée des Grèves,  puis être revenue à mes vieilles amours à travers The Valor of Cappen Varra de Poul Anderson et sa fantasy inspirée des légendes nordiques, j'ai décidé de "lire sérieux".

Oui.

Moi.

En tant qu'amatrice de romanesque et de romantisme, je dois avouer que la plume de Wells n'exerce pas sur moi une irrésistible tentation : je la crains un peu trop "rationnelle" pour me faire vibrer. Je suis prête à reconnaître sans même l'avoir lu le génie d'un homme dont je ne connais l'œuvre qu'à travers ma culture générale et des adaptations filmographiques plus ou moins réussies (parfois même moins que plus, mais je n'élaborerai pas...). Cependant, The Island of Doctor Moreau m'attire autant par son propos, que parce que cet ouvrage me semble un passage obligé pour pouvoir aborder certaines thématiques à venir dans Paradis XXIV.

Je ne nierai pas avoir souri face aux artifices typiques de l'époque de rédaction : notamment, un narrateur qui prétend avoir retrouvé le récit de l'aventure dans les papiers d'un vague oncle... Mais je dois avouer que dès les premières pages, je me suis trouvée happée par l'intrigue - même si j'en connais, dans les grandes lignes, la teneur.

A suivre donc.

25/02/2011

Baptême pour un enterrement

Ces dernières semaines ont été marquées par un travail intense sur l'écriture et l'organisation d'un jeu de rôle grandeur nature 1925. Le thème semble de prime abord simple, voire simpliste : un vieil industriel, Eugène-Victor Malivoire, vient de décéder dans sa propriété en Suisse. Son corps est renvoyé à sa demeure familiale de Diablevauvers pour être inhumé dans le caveau familial, en présence de ses parents et amis. Lesquels vont avoir bien des choses à régler avant de laisser "Pépé" reposer en paix...

Le jeu, qui a été joué dans la journée du 19 février, rassemblait 31 joueurs. Il s'est fort bien déroulé - presque par hasard, oserais-je dire !

Un très bon "casting" qui s'est livré à une interprétation savoureuse des personnages que nous avions imaginés, des joueurs ouverts à toutes les surprises, un site servant magnifiquement bien le concept... Toutes les conditions étaient réunies pour faire oublier les aléas entraînés par notre retard et divers coups de malchance : une équipe logistique et personnages non joueurs dévouée mais trop inférieure en nombre, pas de trombinoscopes, documents de jeu un peu bâclés... Cependant, nous avons pu voir se dérouler devant nos yeux tous les développements que nous avions planifiés (parfois au tout dernier moment...) avec plaisir, surprise voire fascination !

Le Magot de pépé était le tout premier jeu dont j'étais la principale scénariste. Autant dire qu'il a pris à mes yeux une importance capitale ! Aussi, les applaudissements au debrief me sont allés droit au cœur.

Ce jeu sera rejoué, sans doute dans l'automne. Je crains un peu qu'en fonction des joueurs présents, il ne tourne pas aussi bien, mais après cette Première réussi, il devrait déjà bénéficier d'un bon bouche à oreille dans le microcosme GNistique.

Le mot sur la porte

Il dit : "Entrez" !

J'avais besoin d'un lieu qui servirait de lien entre tous mes mondes : celui du chant, celui de l'écriture, celui de la création graphique... sans oublier tous ces univers qui se bousculent sous mon crâne.

C'est chose faite.

Ici, pas de longs articles pour expliquer en long, large, travers et profondeur mes états d'âme les plus intimes. Juste un petit point au jour le jour de mes avancées - ou de mes reculades. Aussi !

A partir de cette petite auberge à la croisée des chemins, vous pourrez vous diriger où bon vous semble dans les méandres de ma vie tortueuse. En espérant que vous accepterez de faire un bout de chemin avec moi...